Lundi 16 janvier 1 16 /01 /Jan 19:07

Même si j'ai une peau encore jeune, comme on dit mieux vaut prévenir que guérir. Le contour de l'oeil est une zone très fragile du visage à bichonner comme il se doit. Pourquoi? D'une part parce que la peau du contour de l'oeil est quatre fois plus fine que celle du reste du visage. Elle est donc quatre fois plus exposée à la fatigue et au manque de sommeil. D'autre part parce qu'avec des milliers de battements de cils par jour, le contour de l'oeil est une zone hyperactive. Il faut donc l'hydrater et la drainer afin d'éviter les problèmes de microcirculation. La "technique", c'est de tapoter son soin sur la paupière inférieure (en "prenant appui" sur l'os zygomatique) en remontant du coin interne au coin externe. Il est aussi conseillé de placer son soin au réfrigérateur, le froid ayant pour vertu de booster l'action décongestionnante. 

 

3380811180106_Defatiguant-Eclair-Contour-Yeux-FERME300.jpg

 

Quand on a une peau jenune, il s'agit surtout de s'attaquer aux cernes. Etant étudiante et donc adepte des révisions longues et usantes jusqu'au petit matin, je n'y échappe pas. Plus la fatigue s'accumule, plus les cernes se creusent. 

A la base j'avais opter pour le défatiguant éclair Clarins (*). Plutôt pas mal, texture gel agréable, pénétrant rapidement. Il a un réel effet "illuminant" en défroissant le contour de l'oeil et donc en donnant bonne mine. 

Puis, même s'il ne correspond pas forcément à la catégorie de produits préconisés pour mon âge, je me suis tournée vers le gel Advanced night repair Estée Lauder (*). Plus cher mais plus efficace pour ma part. Texture plus qu'agréable qui fond instantanément une fois appliquée. Le contour de l'oeil est hydraté et les poches sont clairement moins visibles. Ce produit a été un vrai coup de coeur, d'autant que je suis d'ores et déja une accro à son homologue version sérum.

Enfin, j'ai débuté il y a quelques jours l'essai d'un nouveau soin, encore plus riche. C'est le baume regard et contour Clinique (*). En général, on préconise de monter en consistance dans les textures avec l'âge. Même si j'ai encore une peau jeune, j'ai tout de même voulu tester une formule plus riche, notamment en hiver où la peau est davantage agressée par le froid. Verdict : les effets sont là, le contour de l'oeil est hydraté et lissé. Mais le baume ne pénètre pas rapidement, il laisse un petit film gras sur le contour de l'oeil, pas très agréable. 

Au final, même si j'aurai surement l'occasion d'en tester d'autres, pour l'instant c'est clairement le gel Advanced night repair qui remporte mes votes. 

Par Julie - Publié dans : soins du visage
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 16 janvier 1 16 /01 /Jan 18:34

Quand j'étais petite et que je n'étais pas encore en âge de me maquiller, je me souviens très bien du blush de ma mamie. Une petite boîte ronde, toute rose, toute belle. Je me disais "vivement que je sois plus grande pour pouvoir moi aussi me mettre du rose aux joues" =) Ce n'est que plusieurs années plus tard que j'ai redécouvert ces petites boîtes rondes de la marque Bourjois. Pour moi, Bourjois c'est donc avant tout des souvenirs. Des petites boîtes rondes, toutes différentes car de couleur distincte, couleur empruntée à la teinte du make up qu'elles contiennent. 

 


La société Bourjois naît en 1863 sur les Grands Boulevards parisiens, dans le quartier des théâtres. Son premier créateur, le comédien Joseph-Albert Ponsin, confectionne des fards et des parfums pour les acteurs et les actrices, qu'il crée dans son propre appartement. En 1868, Ponsin laisse le soin à Alexandre-Napoléon Bourjois de reprendre l'intégralité de l'activité. C'est monsieur Bourjois qui va donner son essor à l'entreprise et lui apporter une dimension internationale. 

 

 

P1060378

 

 

Ce que j'apprécie le plus chez Bourjois ce sont les fards à paupières. J'ai entendu plusieurs personnes se "plaindre" du fait qu'ils ne soient pas assez pigmentés. Il est vrai que seuls, ils peuvent paraître légers. Mais il suffit en fait de les humidifier, comme cela est préconisé d'ailleurs par les "conseils d'utilisation". C'est ce que je fais et rien à redire côté pigmentation. A suivre quelques swatches de mes fards préférés <3

(Le deuxième et le quatrième sont issus de la nouvelle gamme de fards dits "plus pigmentés".

Ils n'ont pas de nom, que des numéros.) 

 

 

P1060380.JPG

Par Julie - Publié dans : make up
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 21 octobre 5 21 /10 /Oct 14:03

 

PA210302

 

Si mon chez moi brulait et si je devais choisir dans la précipitation des pièces de ma garde robe, ce serait mes fringues en cuir (bah quoi, on sait jamais hein! Bon en même temps je crois que j'aurai pas le temps de les prendre mais bon, pour les nécessités de l'article «on dira que» ^^)

Le cuir c'est pour ma part la matière la plus noble, celle qui résiste à tout et qui vous accompagne pendant de très nombreuses années si elle est bien choisie.

 

Je ne vais pas ici faire une étude poussée des différents types de cuir mais juste quelques infos. On distingue en général entre deux qualités de cuir. La fleur d'une part. C'est la partie la plus noble de l'animal, la plus souple, lisse et résistante. Bref, c'est d'elle que sont issus les plus beaux vêtements. Et la croûte d'autre part. C'est la couche «inférieure» de l'animal, elle est en général de moins bonne qualité.

Après on a différents cuir. Le cuir d'agneau est désigné comme le meilleur. C'est le plus souple et le plus brillant mais aussi le plus fragile. Le cuir de vachette est également très souple mais un peu plus épais. Le cuir de porc est dur et a une surface poreuse. Il est en général utilisé pour la fabrication de gros blousons. On a aussi le cuir de mouton, le cuir de buffle, le cuir de chèvre...

 

Je ne suis pas une spécialiste en la matière loin de là. Mais le cuir c'est un peu le nec plus ultra de la fringue pour moi. Si je rentre dans un magasin et que des fringues en cuir sont dans mon champ de vision, je ne peux pas m'empêcher d'aller les observer de près, les toucher, regarder leurs étiquettes (c'est grave docteur? ^^)

Je voudrai aussi ajouter que pour moi un cuir de qualité c'est un cuir avec un bon rapport qualité prix. Pour des spécialistes, les cuirs que je considère comme de qualité sont «bas de gamme» par rapport à certains modèles haut de gamme. C'est juste qu'avec mon budget, je ne peux pas me permettre de claquer 2000 balles dans un blouson. 200 c'est déjà bien bien assez !

 

Je ne compte pas vous faire un étalage de ma «collection», si on peut appeler ça comme ça. Je voudrai juste vous présenter quelques pièces histoire de vous donner mon avis.

 

 

 

 

PA2103033

 

 

«Le motard»

 

papa : Oakwood

 

origine : inconnue (j'ai coupé l'étiquette et ne me souviens plus)

 

composition : 100% cuir de chèvre

 

note : 9/10

 

Relooké pendant des semaines avant les soldes, il a fini par rejoindre ma garde robe dès que j'ai pu l'acquérir à un prix correct, aux alentours de 190 euros si je me rappelle bien. C'est un blouson qui a eu quand même du mal à se détendre au départ. J'étais un peu serrée et il m'a fallu moulte contorsions pour m'y habituer ^^ Après quelques mois, c'est devenu mon chouchou. Il s'est formé sans pour autant se détendre. Il se délave naturellement et superbement. Bref, je crois qu'il va m'accompagner encore très longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

PA21030444-copie-1.jpg

 

 

 

«Le rockeur»

 

papa : Koukaï

 

origine : Inde

 

composition : 100% cuir d'agneau

 

note : 10/10

 

A la fin des soldes chez Printemps, j'erre parmi «les affaires Printemps» quand soudain je l'aperçois, seul parmi les rejetés des soldes. Ma taille, une couleur rouge / corail à tomber, en cuir d'agneau, pleins de détails que j'aime. Je n'ai pas cherché plus loin, je l'ai embarqué. 110 euros au lieu de 249 à la base. Avec le Oakwood, c'est mon plus beau perf' que je garderai très très longtemps. Il est super agréable à porter et ne reçoit en général que des compliments ;)

 

 

 

 

 

 

PA2103099-copie-1.jpg

 

 

 

«Le bucheron»

 

papa : Sandro

 

Origine : Inde

 

composition : 100% cuir d'agneau

 

note : 8/10

 

Toujours la même histoire. Relooké depuis des semaines dès la sortie du lookbook. J'ai attendu les soldes pour jeter mon dévolu dessus. A -50%, je l'ai directement embarqué. Évidemment ce sont les manches qui m'ont séduite. Mais c'est aussi le point faible de ce haut car je ne peux le porter qu'en été, du moins que lorsque les températures me le permettent. Je pourrai tout à fait le porter avec un gilet en hiver mais je le trouve de suite moins classe, et surtout les manches font des «bosses» bizarres sous les gilets. En tout cas, c'est un vêtement de qualité que je ne regrette absolument pas d'avoir acheté. Il s'est très bien formé sans se détendre.

 

(Le bucheron, c'est le nom que me donne l'homme lorsque je le porte, je dois le prendre comment d'après vous? ^^)

 

 

 

PA2103066

 

 

 

«La mauvaise surprise»

 

papa : Maje

 

Origine : Inde

 

composition : 100% agneau tané

 

note : 4/10

 

Comme je l'ai dis plus haut, d'habitude j'ai l'oeil pour repérer les cuirs de moins bonne qualité. Il y a deux ans, je voulais absolument un short en cuir. J'ai fait ma difficile et en ai rejeté plus d'un en les trouvant trop longs, trop courts, trop simples ou trop «je sais pas comment mais j'aime pas». Pendant les soldes, je repère ce short Maje. Au premier abord, il me plaît : ni trop long, ni trop simple, ni trop court. Quelque chose me gêne mais comme je suis parfois conne je veux absolument un short en cuir depuis des mois j'embarque (y'a des fois je vous jure, je me donnerai des claques –'). Résultat : j'ai dû le porter ente 5 et 10 fois, ce qui est très peu par rapport à la fréquence à laquelle je porte mes perf'. Pourtant, le short est déja élimé au niveau «des ourlets» et il est resté très dur par endroit, ne s'est pas assoupli comme je l'aurai voulu. Je crois que c'est la seule fois où j'ai été déçue avec un vêtement en cuir. Espérons que ce soit la dernière =)

 

Par Julie - Publié dans : dans mon dressing
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Vendredi 7 octobre 5 07 /10 /Oct 15:51

 

IMG-copie-1.jpg

 

Soyons lucide, toutes les femmes aiment les chaussures. Qu'elles soient plates ou à talons, c'est l'accessoire que toute femme désire le plus, concurremment avec le sac à main. Et si en plus il s'agit de chaussures italiennes...

 

Pourquoi cette attirance pour les chaussures italiennes?

 

Les créateurs italiens sont visionnaires. Ils créent la chaussure pour qu'elle rende la femme belle et sexy. Porter des chaussures italiennes, c'est un peu dire «je suis belle et j'assume». Les chaussures italiennes sont généralement plus outrancières et plus spectaculaires. Strass, chaînes, boucles, imprimés léopard et python... Bling-bling et vulgaire me direz-vous? Ce n'est pourtant pas ce qui ressort lorsqu'on voit le succès de certaines marques qui poussent l'outrance au delà de l'imaginable.

 

 

 

«Anticiper ce que la femme ressentira lorsqu'on la regardera avec mes créations aux pieds», voilà comment Giuseppe Zanotti a définit son métier dans une interview du hors série Marie Claire automne hiver 2010/2011. Il n'y a pas de mystère, les créateurs italiens parlent à l'oreille des femmes. Ils connaissent «le cou-de-pied féminin et la cambrure de la femme lorsqu'elle marche».

 

C'est le savoir faire italien : manier les contrastes de couleurs, de matières, jusqu'à l'excès et faire des chaussures un objet de convoitise féminin.

 

Pour en revenir à ce cher Giuseppe, on admire ces créations de très loin (mon compte bancaire et moi même) depuis quelques années déja. Il faut dire que ce cher monsieur n'est vraiment pas comme les autres. Autodidacte, il a tout appris de lui même. Il a appris le métier de chausseur en étudiant la base : il a passé plusieurs années dans une usine pour connaître les moindres rouages de la fabrication, comme dirait l'autre «les mains dans le cambouis» (dans le cuir en l'occurrence).

On ne peut donc qu'applaudir ce grand monsieur qui, détenteur d'un savoir faire inégalable, nous en fait profiter nous les femmes à travers ses créations plus enviables les unes que les autres.  

 

Je vous laisse admirer sachant que j'aurai pu prendre comme exemple des dizaines d'autres paires plus désirables les unes que les autres <3

 

 

collage-fini-copie-1.gif

Par Julie - Publié dans : talons et compagnie
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 7 octobre 5 07 /10 /Oct 12:21

 

collage fini

 

 

Etudiante en droit, j'ai décidé de conjuguer «l'utile et l'agréable», mes études et les domaines de la mode et de la beauté. Lorsque j'ai commencé mes études de droit, je ne savais pas précisément vers quel domaine me tourner. Et puis j'ai entendu parler de la création du premier institut de droit de la mode à New York en 2010. La «révélation»... Pendant tout ce temps j'avais une passion, j'aimais tout ce qui touchait de près ou de loin à la mode et à la beauté. Je n'avais cependant que peu d'espoir pour concrétiser cette passion dans mes études, et plus tard dans ma vie professionnelle. D'une part parce que je craignais que cela ne paraisse trop futile. D'autre part, parce que je ne savais pas quelle voie emprunter.

Je me dirige donc désormais vers le domaine de la propriété industrielle et j'espère que ce blog pourra me permettre de consolider mon projet.

Par Julie
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus